Campra en live ou le monde à l'envers

December 2, 2016

 

Ce 16 juin 1750, la foule se presse à l’Opéra pour admirer la Camargo et le Grand Dupré, deux célébrités du siècle dans les Festes Vénitiennes d’André Campra, qui dirige cette œuvre depuis déjà 40 ans.

 

Au parterre, une poignée de jeunes vénitiens ont payé 40 sous pour découvrir un opéra ballet à la française qui parle de leur pays. Dès le lever du rideau, un fou rire les prends et ne les quitte avant la fin du spectacle.

 

 

La musique est jugée belle quoique "dans un goût antique" (dans le style de Lully), la "mélopée" (les récitatifs) désole nos vénitiens au point qu’ils se demandent si les chanteurs vont bien finir par se mettre à chanter.

Ils admirent "l’obéissance et la promptitude du changement de décoration» au premier coup de sifflet que l’on entend «aussi bien que le coup d’archet du premier violon".

Ils apprécient beaucoup le silence des spectateurs, contrairement à Venise. La Camargo et le Grand Dupré, tous deux en fin de carrière, provoquent les "claquements" passionnés du public malgré leurs modestes performances selon eux.

 

"L'auteur de la musique", André Campra en personne les amuse, "se tenant debout et agitant de droite à gauche un grand rouleau qu'il tenait à la main comme un sceptre. Il le branlait avec violence comme s'il eût dû faire agir les instruments par des ressorts".

 

Mais ce n'est pas ce qui a provoqué l'hilarité de nos jeunes vénitiens tout au long du spectacle.

 

Le décor montre la Piazzetta San Marco vue de l'Île San Giorgio, mais à l'envers! Comme dans la gravure ancienne ci-contre, les monuments sont inversés: au lieu de se trouver à droite, le Palais des Doges est positionné à gauche, et le campanile, au lieu de se trouver à gauche, se trouve à droite ! Pour un vénitien, c'est le monde à l'envers !

 

 

Les Festes Vénitiennes d'André Campra ont connu un succès considérable dès la première représentation.

 

Créée le 17 juin 1710 au Théâtre du Palais Royal à Paris, et remaniée en permanence, l'œuvre a joui d'un incroyable succès populaire pendant un demi-siècle, jusqu'au décès du compositeur le 4 décembre 1760. André Campra en a dirigé plus de 300 représentations sur 50 ans. Le tableau d'Antoine Watteau, "Les Festes Vénitiennes", a été nommé ainsi en écho à l'œuvre de Campra.

 

Pour en savoir plus sur cette représentation du 16 juin 1750: Casanova, Histoire de ma vie, Bibliothèque de la Pleïade, Tome 1, p611 et suivantes.

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Le « Bon Goût Français » de M. Rameau

January 19, 2017

1/4
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square